Côte d’Ivoire / Presse numérique : des entreprises et journalistes récompensés

Ce samedi 11 février 2017, au Centre de conférence du ministère des affaires étrangères à Abidjan-Plateau, s’est tenue la cérémonie de récompense des Prix Alfred Dan Moussa et Samba Koné. Deux concours organisés par le Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire (Repprelci).

La table d’honneur de la cérémonie

Le prix Alfred Dan Moussa récompense les journalistes qui ont produit des articles qui font la Promotion de la Paix et de l’intégration dans l’espace CEDEAO. Quant au Prix Samba Koné, il consacre les meilleures entreprises de presse numérique de Côte d’Ivoire. Les lauréats désignés lors de cette soirée remportent de nombreux lots, notamment du mobilier de bureau et du matériel informatique offert la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE), le Sponsor officiel, et par l’homme d’affaire Fabrice Sawegnon, parrain du Prix Samba Koné.

Prix alfred Dan Moussa, la Côte d’Ivoire au sommet

Les deux lauréats viennent de la Côte d’Ivoire. Le Journaliste Sériba Koné du site Le Point Sur a été classé deuxième. Le premier prix est revenu à Simon Benjamin Bassolé de l’Agence ivoirienne de Presse (AIP).

Deux lauréats au lieu de trois ? « Toutes les productions qui sont venues de plusieurs pays de l’Afrique de l’ouest, ne respectaient pas la thématique du prix ou n’embrassaient pas tous les genres journalistiques. Il y avait beaucoup de comptes rendus. Il n’y a que ces deux qui se sont démarqués », a justifié Marcelline Gneproust, journaliste et présidente du Jury.

L’entrepreneuriat dans les médias numériques célébré

21 sites d’information repérés, 7 retenus en présélection. Et finalement, 3 primés. Politique Afrik a reçu le « Prix spécial Fabrice Sawegnon », Africa Daily News vient en 2e position pour le prix Samba Koné et enfin le magazine en ligne Tomorrow Mag décroche la 3e place.

« Ce prix vise la promotion des entreprises de médias numériques qui se structurent, s’organisent, mais aussi produisent du contenu de qualité », a précisé David Youant, président du Repprelci.

Plusieurs critères ont permis aux membres du jury d’évaluer les différentes candidatures. Les sites nominés devaient, entre autres, avoir au moins deux web-rédacteurs ou web-journalistes permanents ayant au moins 6 mois d’ancienneté, « diffuser un contenu à 60% propre au site web et à 60% sur la Côte d’Ivoire, sur des faits liés ou non à l’actualité », a rappelé Coulibaly Yao Dramane, le Président du Jury. « Les entreprises de presse en compétition devaient avoir une existence juridique légale et une adresse physique propre à elle », a-t-il précisé.